Vous êtes ici : Accueil Articles Un militant de Bizi en procès

Un militant de Bizi en procès

02/11/2016
Jon Palais, premier “faucheur de chaises” a être poursuivi en justice pour avoir participé à une “réquisition citoyenne” de chaises. “Chaque année, ce sont 60 à 80 milliards d’euros qui manquent au budget de l’Etat français à cause de la fraude et de l’évasion fiscale. Ce système, soutenu et organisé par les banques, nous prive de moyens pour financer la transition sociale et écologique, à l’heure même où le chômage, la pauvreté et les inégalités augmentent, et alors que nous sommes en plein état d’urgence climatique”, explique Jon Palais, militant du mouvement Bizi !

Bizi! 2016/10/31

jon palaisUn appel est lancé aujourd’hui par 16 associations et syndicats pour faire le procès de l’évasion fiscale le 9 janvier 2017 à Dax, à l’occasion du procès de Jon Palais, militant de Bizi, poursuivi suite à une des actions de réquisitions citoyennes de chaises dans les banques impliquées dans l’évasion fiscale. Eva Joly, Edgar Morin, Patrick Viveret, Antoine Peillon, José Bové, Pierre Larrouturou ou encore le chanteur HK participeront à ce grand événement contre l’évasion fiscale et pour le financement de la transition sociale et écologique.

Jon Palais, premier “faucheur de chaises” a être poursuivi en justice pour avoir participé à une “réquisition citoyenne” de chaises, dans une agence de la BNP à Paris, risque 5 ans de prison pour “vol en réunion”. Jon sera défendu par le duo d’avocates Eva Joly et Caroline Joly, et plusieurs témoins seront cités à comparaître au tribunal, dont Antoine Peillon, journaliste spécialiste de l’évasion fiscale et auteur du livre “Ces 600 milliards qui manquent à la France” ; Claude Alphandéry, ancien résistant, banquier, économiste français, et l’un des “receleurs” de chaises réquisitionnées ; Vincent Drezet, ancien secrétaire général du syndicat Solidaires Finances Publiques.

D’autres personnalités participeront à cet événement pour en faire un temps fort de la lutte contre l’évasion fiscale, notamment Edgar Morin, philosophe, ancien résistant, et également “receleur” d’une chaise réquisitionnée ; José Bové ; Patrick Viveret, philosophe, ancien conseiller référendaire à la Cour des Comptes, et président du mouvement SOL ; Annick Coupé, secrétaire générale d’Attac France ; Florent Compain, président des Amis de la Terre France ; Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France ; Laurent Pinatel, secrétaire général de la Confédération Paysanne ; Corinne Morel-Darleux, Pierre Larrouturou ou encore le chanteur HK.

Chaque année, ce sont 60 à 80 milliards d’euros qui manquent au budget de l’Etat français à cause de la fraude et de l’évasion fiscale

“Chaque année, ce sont 60 à 80 milliards d’euros qui manquent au budget de l’Etat français à cause de la fraude et de l’évasion fiscale. Ce système, soutenu et organisé par les banques, nous prive de moyens pour financer la transition sociale et écologique, à l’heure même où le chômage, la pauvreté et les inégalités augmentent, et alors que nous sommes en plein état d’urgence climatique”, explique Jon Palais, militant du mouvement Bizi !

La société civile doit se rassembler largement pour que ce scandale de l’évasion fiscale cesse enfin. L’appel à mobilisation pour le 9 janvier est déjà soutenu par 16 organisations associatives et syndicales : les Amis de la Terre France, ANV-COP21, Attac France, Bizi !, Solidaires Finances Publiques, 350.org, Agir ensemble contre le Chômage !, Alternatiba, Artisans du Monde, la Confédération Paysanne, CGT Finances, Droit Au Logement, Emmaüs Lescar Pau, Greenpeace France, Solidaires, et le Mouvement SOL.

Il nous reste notamment 5 à 10 ans pour enrayer le dérèglement climatique qui impacte déjà des millions de gens : aux gouvernements de prendre les mesures politiques pour mettre fin au système organisé de l’évasion fiscale.

«L’évasion et la fraude fiscale représentent une terrible injustice : les plus riches individus et multinationales ne paient pas leur part équitable de l’effort, et les plus pauvres subissent les conséquences du manque de moyens de l’Etat. Il nous reste notamment 5 à 10 ans pour enrayer le dérèglement climatique qui impacte déjà des millions de gens : aux gouvernements de prendre les mesures politiques pour mettre fin au système organisé de l’évasion fiscale», précise Florent Compain, président des Amis de la Terre France.

Non seulement le système de l’évasion fiscale permet aux plus grandes fortunes et aux plus puissantes multinationales d’assécher les finances publiques en ces temps de crises multiples, mais en plus, ces délinquants fiscaux ne sont presque jamais poursuivis ni condamnés par la justice. Pire, ce sont les lanceurs d’alerte, grâce à qui les derniers scandales sur l’évasion fiscale ont éclaté au grand jour (HSBC, Cahuzac, Luxleaks, Panama Papers…), qui se retrouvent aujourd’hui poursuivis par la justice !

Ce n’est pas le procès des Faucheurs de Chaises qu’il faut faire, c’est celui de l’évasion fiscale en bande organisée ! (…) des solutions concrètes pour mettre fin à l’impunité fiscale existent : renforcer les effectifs et les moyens de la police fiscale et des administrations qui traquent les délinquants financiers, faire sauter le monopole du Ministère des Finances en matière d’ouverture de poursuites pénales ou “verrou de Bercy”, interdire le pantouflage”, conclut Raphaël Pradeau d’Attac France.

Ne laissons pas la BNP faire condamner un militant qui a mené une action non-violente au nom de l’intérêt général !

Le 9 janvier 2017, mobilisons-nous à Dax pour soutenir Jon Palais à son procès, et organisons tou-te-s ensemble un grand événement contre l’évasion fiscale et l’impunité fiscale, et pour le financement de la transition sociale et écologique, indispensable pour relever le défi climatique !